Hyancynthe Hounsou est le grand vainqueur de la soirée.

Pour sa 3ème édition, la NISA, récompenses ivoiriennes du 7è art et de l’audiovisuel se sont tenus à Abidjan.

Devant les ministres de la Communication et de l’économie numérique, porte parole du gouvernement, Monsieur Amadou Coulibaly et la ministre de la culture et de la francophonie, Mme Françoise Remark, les professionnels du secteur du cinéma et de l’audiovisuel ont vu récompensés les meilleurs d’entre eux.

On aura surtout noté le passage de Mahoula Kane (meilleure interprétation masculine fiction long métrage) pour sa “mise en scène”, son discours et son plaidoyer pour un centre de formation digne de ce nom pour les acteurs. Il a prié le ministre porte-parole du gouvernement de porter cette parole au Président, S.E. Alassane Outtara.
Les plans de ce centre seraient déjà établis. Il ne reste plus que le coup de pouce du président de la république.

On aura surtout vu passer toutes les générations entre la meilleure révélation (Yohan BADO), la meilleure fiction court métrage (Réseau social de Paul Yves ETTIEN et la meilleure fiction long métrage décernée au film Les 3 lascars de Boubakar Diallo.
Il y avait bien sûr les incontournables qu’on voyait un peu venir de loin: La nuit des rois de Philippe Lacote (meilleure réalisation long métrage fiction), Les coups de la vie (prix spécial du public).
Le meilleur documentaire revient à Je reste photographe de Leki Aninias Dago.
La meilleure série c’est Cacao…comme une évidence.
Le meilleur scénario origial en fiction long métrage est décérné à Djagassa de Yacynthe Hounsou. Lequel film prendra aussi la meilleure interprétation féminine (Ouattara Hadja), et le meilleur producteur.
Et pour enfoncer définitivement le clou, il remporte le NISA d’Or.

%d blogueurs aiment cette page :