Le film du Tunisien Youssef Chebbi et celui du Capeverdien Carlos Yuri ont remporté les Etalons d’or de la fiction et du documentaire.

Après une semaine de projection, de rencontres professionnelles, de marché du film, d’hommages et de compétition, le moment tant attendu est arrivé. En présence du Président de la transition, le Colonel Ibrahim Traoré qui n’a pas dérogé à la règle, les cinéastes, officiels, cinéphiles et curieux ont pu assister au sacre des meilleurs de cette édition.

Les femmes complètent le podium.

Des trois meilleurs cinéastes de la catégorie reine, fiction long métrage, deux sont des femmes. On attendait un peu tous, après la sensation créée et la réaction presque unanime du public à la sortie des salles, de voir le film SIRA d’Apolline Traoré remporter le premier prix. Certains rêvaient assister à la consécration d’une femme à cette édition du Fespaco. Mais s’il y a une constante au Fespaco, c’est que les pronostics sont rarement ceux du public. Sira sera donc Etalon d’argent devant Shimoni d’Angela Wamai (Kenya) et derrière Ashkal de Youssef Chebbi (Tunisie).

Le cinéma rassemble les Africains de tous bords, malgré la crise xénophobe qui secoue la Tunisie.

Pendant que le chef d’Etat Tunisien souffle le froid et attise les flammes de la xénophobie dans son pays envers les subsahériens, les cinéastes tunisiens sont célébrés et dressés sur le toit de l’Afrique. Une preuve une fois de plus que l’art rassemble. Sur la page Facebook du Fespaco un internaute a écrit que les tunisiens ne méritaient pas ces prix au vu de ce que les subsahariens subissaient en ce moment même. Mais son post n’a eu aucun écho, heureusement. Il est à noter que Tunisiens parmi lesquels des artistes sont descendus dans la rue pour dénoncer les propos du président tunisien et la chasse à l’homme qui en a suivi avec des actes de violence.

Fespaco 28è – 2023 : le palmarès complet de la compétition principale.

CATEGORIE LONGS METRAGES DE FICTION

Etalon d’OR : Ashakal (Youssef Chebbi, Tunisie).

Etalon d’ARGENT: Sira (Apolline Traoré, Burkina Faso)

Etalon de BRONZE: Shimoni (Angela Wamai, Kenya).

CATEGORIE COURTS METRAGES DE FICTION

Poulain d’Or: Will my parents come to see me (Mo Harawe, Somalie)

Poulain d’argent : A Doll (Andriaminosoa Hary & Joel Rakotovelo, Madagascar)

Poulain de bronze : Tsutsue (Armatei Armar, Ghana)

CATEGORIE LONG METRAGE DOCUMENTAIRE

Etalon d’Or : Omi Nubu (Carlos Yuri, Cape vert)

Etalon d’argent: Nous étudiants (Rafiki Fariala, RCA)

Etalon de Bronze : Gardien des mondes (Leila Chaibi, Algérie)

CATEGORIE COURT METRAGE DOCUMENTAIRE

Poulain d’Or : Angle mort (Lofti Achour, Tunisie)

Poulain d’argent : Katanga Nation (Beza Hailu Lemma, Ethiopie)

Poulain de bronze: Kelasi (Fransiw Tenda Lomban RDC)

AUTRES PRIX

Meilleure image : Mami Wata (C.J. Obasi, Nigeria)

Meilleur son : Ashkal (Youssef Chebbi, Tunisie)

Meilleure musique: Our lady of the chinese shop (E. Claver, Angola)

Meilleur Décor : Mami wata (C.J. Obasi, Nigeria)

Meilleure musique long métrage : Our lady of the chinese shop (E. Claver, Angola)

Meilleur montage long métrage : Abu Saddam (Nadine Khan, Egypte)

Meilleur scénario : Le bleu Caftan (Maryam Touzani, Maroc)

Révélation cinéma: Malla (Dramane Ouedraogo)

Meilleur espoir : Le botaniste (Floriane Zoundi)

Grand prix du président du Faso- Meilleur Film Burkinabè: Laabli, l’insaisissable (Luc Yakouba Damiba)

Prix Paul Robeson : le spectre de Koko Haram (Cyrielle Raingou, Cameroun).

%d